Charlemagne remettant à Roland l'épée Durendal et l'olifant

Charlemagne remettant à Roland l'épée Durendal et l'olifant

mercredi 16 avril 2014

Et pourquoi pas une grosse, tant que vous y êtes ?

"Charles, insatiable de gloire, voyait l'étude des lettres fleurir dans tout son royaume mais il s'affligeait qu'elle n'atteignît pas à la sublimité des anciens Pères de l'Église. Dans son chagrin, formant des voeux au-dessus d'un simple mortel, il s'écria :

« Que n'ai-je onze clercs aussi instruits et aussi profondément versés dans toutes les sciences que Jérôme et Augustin! » 

Le docte Albin, quoique se regardant avec raison comme très-ignorant en comparaison de ces Pères, fut cependant saisi d'indignation, ne put s'empêcher de la laisser éclater un moment, et, osant plus qu'aucun mortel n'aurait osé en présence du terrible empereur, répondit :

« Le Créateur du ciel et de la terre n'a pas fait d'autres hommes semblables à ces deux-là, et vous voulez en avoir une douzaine ! »

Collection des mémoires relatifs à l'Histoire de France, "Faits et gestes de Charles-le-Grand, roi des Francs et empereur, par un moine de Saint-Gall", M. Guizot, Paris, 1824.

5 commentaires:

  1. Tient c'est étrange ce chiffre 11. pourquoi pas 12 comme toujours ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Matt.
    dites moi, vous retapez les textes exprés " pour nous" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, celui-là, je l'ai en PDF. J'ai juste à copier, coller et remettre un peu en forme.

      Supprimer
  3. merci en tout cas... ( la suite ! )

    RépondreSupprimer