Charlemagne affrontant le Paganisme

Charlemagne affrontant le Paganisme

mercredi 28 août 2013

On ne peut pas faire confiance aux Syriens

"Les Syriens sont assez rarement nommés. Dans la Chanson de Guillaume, il est question des "païens de Syrie". Dans la Chanson de Roland, un Syrien vient annoncer à l'émir Baligant l'approche des armées de Charlemagne. Mais quel est exactement ce Syrien ? Il est informateur, presque espion. Il renseigne l'émir sur les mouvements de l'armée chrétienne. Son rôle est tout à fait conforme à celui que les Syriens chrétiens jouent très souvent chez les chroniqueurs de la 1ère Croisade, notamment lors du siège d'Antioche par les Croisés en Octobre 1097 :

"Les Arméniens et les Syriens, qui étaient à l'intérieur de la ville, écrit le Chroniqueur Anonyme, en sortaient comme pour fuir et se trouvaient chaque jour avec nous, tandis que leurs femmes restaient dans la cité. Ils s'enquéraient habilement de nous et de notre situation et rapportaient tout à ces excommuniés qui étaient enfermés dans la ville".

Dans Albert d'Aix, un Syrien chrétien est envoyé en 1098 par le gouvernement d'Azaz auprès de Godefroi de Bouillon pour lui demander du secours contre le malik d'Alep Ridwan. Un autre, au siège de Jérusalem, indique aux Croisés où l'on peut trouver du bois pour construire des machines de siège. Un prêtre syrien fait abandonner aux Turcs la construction d'une forteresse dans le Val Moïse en 1108 en leur annonçant la fausse nouvelle de l'approche du roi de Jérusalem avec toutes ses forces. On le voit : le Syrien de la Chanson de Roland ne joue pas un rôle sans lien avec la réalité historique.

Le rôle équivoque du Syrien de la Chanson de Roland, la présence d'un corps d'Arméniens chrétiens dans l'armée de Baligant ont été relevés par Bédier. "Notre surprise, écrit-il, n'est autre que celle dont furent remplis les Croisés, quand ils constatèrent la présence d'Arméniens et de Syriens dans les armées de Corbaran et de Cassian". La relation qui s'établit ici entre la Chanson de Roland et l'expérience de la 1ère Croisade peut faire supposer que la Chanson de Roland est postérieure ou du moins contemporaine de la 1ère Croisade.

Ajoutons que le Syrien de la Chanson de Roland n'est vraisemblablement pas un Syrien musulman d'Espagne. Les Syriens établis en Espagne à l'époque de la conquête et de l'islamisation de l'Espagne formaient une aristocratie militaire installée sur des fiefs héréditaires. Notre Syrien a dans la Chanson un rôle obscur incompatible avec un tel rang.

Dans la Chanson de Mainet figurent des Syriens de religion musulmane qui forment un détachement de 10 000 hommes sous la conduite de Mainet et qui demanderont spontanément le baptême après la victoire. Cette conversion peut avoir été imaginée par le poète en raison de l'instabilité politique et de l'opportunisme des Chrétiens de Syrie, dont les chroniqueurs des croisades fournissent de nombreux exemples, qu'il s'agisse de Syriens chrétiens ou d'Arméniens."

Les Musulmans dans les Chansons de Geste du Cycle du Roi, Paul Blancourt, Université de Provence, 1982.

6 commentaires:

  1. Va-t-on aujourd'hui baptiser ces gens à coups de bombes?

    Et bravo pour ce rappel historique qui vient à point...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai l'impression que votre billet d'aujourd'hui est une vision d'avenir tout à fait plausible.

      Supprimer
  2. Merci pour ces précisions intéressantes!

    RépondreSupprimer
  3. Tout est dans les chansons de geste.
    Tout.
    Y compris la théorie de la relativité et la recette du far au pruneau.

    RépondreSupprimer