Charlemagne remettant à Roland l'épée Durendal et l'olifant

Charlemagne remettant à Roland l'épée Durendal et l'olifant

jeudi 5 juillet 2012

La grande saga de l'été !

C'est une joie pour moi que de consacrer ce petit billet à vous entretenir d'une nouvelle série télévisée qui, loin des clichés et des raccourcis simplificateurs, plonge dans notre Moyen Âge pour nous en ramener une image à la fois précise et nuancée. Les scénaristes, qui se sont de toute évidence documentés avec le plus grand sérieux et un souci constant de réalisme, nous entraînent au coeur de cette époque mouvementée et complexe, au cours de laquelle s'est forgée une spiritualité riche et foisonnante. Mais foin des préambules, levons le voile sur ce joyau :


On constate avec bonheur que les travaux de Régine Pernoud et de Jacques Heers atteignent enfin le grand public, nous permettant de dépasser la légende noire des "âges de ténèbres", de réévaluer notre passé pour tenter de porter sur lui un regard juste. 

J'ai été particulièrement ému par ce personnage qui, déclarant souffrir atrocement, s'empresse d'ajouter qu'il en remercie Dieu chaque jour. Il s'agit d'une très belle idée, profondément chrétienne, qui consiste à s'en remettre au Créateur, et à reconnaître même dans la souffrance un bienfait déguisé : Dieu étant Tout-Puissant, rien n'arrive sans qu'il ne le veuille ou ne le permette, et puisqu'il est infiniment bon, il faut bien que même nos peines, en définitives, soient bonnes, parce qu'elles sont la rançon de notre liberté ou le chemin de notre salut. Même le juste, à l'image de Job, peut être éprouvé en vue d'un bien supérieur. 

C'est du moins ainsi que l'on pensait. Clément Marot exprime cette conception dans son Adolescence clémentine, dans le rondeau dédié "à ses amis après sa délivrance", écrivant :

"En liberté maintenant me pourmène,
Mais en prison pour tant je fus cloué :
Voilà comment Fortune me démène.
C'est bien, et mal. Dieu soit de tout loué."

Léon Bloy exprimera la même idée avec une âpreté sublime, écrivant dans son Journal :

"Je n'ai jamais manqué de ce qui m'était nécessaire. Quand j'ai eu besoin de souffrir beaucoup, Dieu m'a comblé de souffrances. Quand j'ai eu besoin de consolation, Dieu a déchaîné sur moi des tempêtes de consolation. Chaque chose est venue en son temps. Tout est adorable."

Bien sûr, cela ne signifie pas que le clergé se fût mêlé d'aller demander aux malheureux s'ils remerciaient Dieu de leur peine : l'humanité souffrante n'atteint à cette hauteur de vue que par exception, on eût dit jadis par sainteté. Mais je pardonne volontiers à la série cette invraisemblance, évidemment motivée par le désir d'exprimer cette haute et belle notion théologique, en l'arrachant aux lèvres d'un saint homme dont l'humilité eût autrement fermé la bouche. Car, il faudrait, certes, être singulièrement malveillant pour supposer aux créatifs de France 2 d'autres intentions que celle d'instruire en divertissant.

6 commentaires:

  1. Chapeau et merci !
    Sublime bande annonce !

    RépondreSupprimer
  2. Déjà à l'époque du premier Temple, il est écrit dans le livre de Job :
    "... Et voici, un grand souffle est venu du côté du désert.
    Il a touché les quatre coins de la maison.
    Elle est tombée sur les adolescents. Ils sont morts.
    ...
    Job se lève, déchire son manteau, se rase la tête,
    tombe à terre, se prosterne
    et dit : " Nu je suis sorti du ventre de ma mère, et nu je retournerai là.
    IHVH a donné, IHVH a pris : le nom de IHVH est béni !"

    RépondreSupprimer
  3. Pour revenir à la saga de l'été, je l'ai regardée avec plaisir, mais néanmoins une certaine suspicion.
    Or depuis qu'elle a reçu votre imprimatur, je serai beaucoup plus détendue, ce qui devrait augmenter le plaisir.
    Et de cela je vous remercie.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour.

    Je reviens sur ce vieux message concernant la saga de l'été pour vous faire partager l'avis de Basile de Koch (éditorialiste à l'humour volontier acide chez V.A.) : http://www.valeursactuelles.com/culture/t%C3%A9l%C3%A9vision/%E2%80%9Cinquisitio%E2%80%9D-fait-long-feu20120828.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour.

      Je reviens sur ce vieux message concernant la saga de l'été pour vous faire partager l'avis de Basile de Koch (éditorialiste à l'humour volontier acide chez V.A.) :

      http://www.valeursactuelles.com/culture/t%C3%A9l%C3%A9vision/%E2%80%9Cinquisitio%E2%80%9D-fait-long-feu20120828.html

      Supprimer
    2. Eh bien, tu tombes à pique ! J'étais en train de faire la toilette du blog en retirant les billets périmés ou trop hors-sujet. Si je n'avais pas vu ton commentaire, tout partait à la trappe.

      Supprimer