Charlemagne affrontant le Paganisme

Charlemagne affrontant le Paganisme

lundi 31 janvier 2011

Roncevaux


Pour apprendre à me servir du blog, je commence par poster une image. Il s'agit bien sûr ici d'enluminures d'un manuscrit médiéval, représentant des scènes de la chanson de Roland.

En haut, Roland sonne du cor pour prévenir Charlemagne.

En bas, à gauche, Roland embrasse Olivier mourant. A droite, il estourbit, d'un coup de son cor, qu'il fend, le Sarrazin cherchant à lui dérober Durendal.

Comme dans toute les illustrations médiévales, Roland est représenté en chevalier, et non pas en guerrier du VIIIème siècle. Le Moyen Age fait un usage constant de l'anachronisme.

On remarquera l'écu armorié de Roland, ici de gueules au lion d'or. Les armoiries imaginaires des preux connaissent une certaine stabilité, mais des fluctuations dans la tradition existent toutefois. Nous verrons que Roland se voit pourvu ailleurs d'armes d'or au lion de gueules, à la bordure engrelée de sable. Enfin, dans les textes franco-italiens, il porte des armes écartelées, mais nous y viendrons une autre fois.

En tout cas, une chose est sûr, c'est qu'à un moment ou à un autre, il me faudra vous parler d'héraldique.

5 commentaires:

  1. Heho l'ami ! Je suis tombé sur votre blog après votre commentaire chez Aristide. Et j'ai été ravi par ce que j'y ai découvert. Comme, à mon avis, 99% des gens, je ne connais rien sur la littérature médiévale à part, vaguement, le Roman de Renart et les histoires de la Table ronde. J'espère que vous allez reprendre du service !

    Hohenfels
    www.hohenfels.fr

    RépondreSupprimer
  2. Merci. Je vais tâcher de m'y remettre.

    RépondreSupprimer
  3. N'hésite pas à expliciter les termes héraldiques (où à mettre un lien vers un site l'expliquant) car si visualise vaguement ce que donne l'écu de Roland dans ses autres couleurs, je suis pas sur que ça soit le cas de tout le monde.

    RépondreSupprimer
  4. Ah, mais l'intéressant blog que voilà ! Je mets en lien sans surseoir. Sinon, à propos de Roland et de Charlemagne, connaissez-vous cette chanson de Trenet (1993):

    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    J'aime le son du cor le soir au fond des bois
    Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois
    Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille
    Et que le vent du nord porte de feuille en feuille

    Oui oui oui oui
    J'aime j'aime cet air-là
    Ce poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    Que de fois seul dans l'ombre à minuit, demeuré
    J'ai souri de l'entendre et plus souvent pleuré
    Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques
    Qui précédaient la mort des paladins antiques

    Oui oui oui oui
    J'aime j'aime cet air-là
    Ce poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons
    Dont le front est de glace et le pied de gazon
    C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre
    Les airs lointains d'un cor mélancolique et tendre

    Oui oui oui oui
    J'aime j'aime cet air-là
    Ce poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    Ganelon vieux melon en barbe de raisins
    Tu n'es qu'un noir félon ami des Sarrasins
    Qui tous de fer bardés au pays de Navarre
    Sont de soldats soldés par le roi des avares

    Si si si si
    J'aime j'aime cet air-là
    Find more similar lyrics on http://mp3lyrics.com/j5MfCe poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    Mais l'Empereur de France a dit "Je veux, je veux
    Porter mon assistance à mon gentil neveu
    Je sais que Durandal épargne des coliques
    Sa garde d'or-métal recèle des reliques!"

    J'aime j'aime cet air-là
    Ce poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    Introuvable neveu! ronchonne l'Empereur
    Je sens dans mes cheveux des brises de terreur
    Faut-il qu'il soit écrit qu'en fin je t'abandonne
    Roland tout est fini, moi je rentre à Narbonne!

    Ah ah ah
    J'aime j'aime cet air-là
    Ce poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    Alors, seul dans la nuit perdu dans son décor
    Roland fait malgré lui d'la contrainte par cor
    Et puis un cri d'effroi déchire la montagne
    "Adieu mon palefroi, Durandal, Charlemagne!"

    J'aime j'aime cet air-là
    Ce poème qui fait ma joie
    J'aime le son du cor le soir au fond des bois

    J'aime le son du cor
    J'aime le corps du son
    J'aime le sort du con le soir au fond de moi...

    J'aime le son du cor
    J'aime le corps du son
    J'aime le sort du con le soir au fond de moi...

    RépondreSupprimer
  5. Non, je dois dire que je ne connaissais pas. Merci à vous de me l'avoir fait découvrir.

    RépondreSupprimer